dimanche 7 juillet 2024

Mardi 2 et mercredi 3 juillet - Sortie à L'Estrop proposée par Alain et Anita.

  Participants : Françoise S, Brigitte E, Marie L, Jean-Marc, Claudine, Patricia, Alain C, Hélène N, Rolland J, Micheline, Annie R, Philippe R, Alain D, Anita.

On devait partir 5 jours en Haute-Maurienne, mais comme la météo annonçait 4 jour et ½ de pluie nous avons remplacé ce trek par 2 jours en Ubaye, où la météo était plus favorable. Les places disponibles au refuge nous ont permis de partir à 14.





Mardi 2 juillet :

Nous laissons les voitures aux Clarionds, où nous reviendrons en descendant demain.

Il fait beau et nous marchons d'abord le long de la piste pour passer à l'Abbaye du Lavercq et après nous prenons le sentier pour les Eaux Tortes. Il reste beaucoup de neige en montagne, la végétation est d'un vert éblouissant avec plein de fleurs. Les Eaux Tortes sont remplies comme on ne les a jamais vues, reflétant les Petite et Grande Séolane. Nous devons franchir plusieurs torrents et trouvons un bel endroit pour piqueniquer. Quelques nuages arrivent et couvrent les sommets par moments. Après le pique-nique, nous prenons le petit sentier pour monter à la Petite Barre. Le sentier disparait sous la neige quand il nous reste 300 m de dénivelé jusqu'au col. Après les premières pentes douces, nous mettons les crampons, car la pente se redresse et il y a une traversée un peu aérienne. Au col, nous enlevons les crampons, côté sud il n'y a plus de neige. Reste à descendre jusqu'au refuge de l'Estrop par un beau sentier raide, caillouteux et fleuri. Le ciel est couvert et menaçant, mais nous arrivons secs au refuge. Nous prenons le temps de prendre une douche solaire à l'extérieur, l'eau n'est pas chaude mais pas glaciale. Avant le repas, nous profitons d'une bonne bière (ou autre) et rencontrons des connaissances : Dieter dans la cuisine du refuge, et Alain qui a fait sa formation d'animateur FFRS avec Annie et Françoise. Avec 1420 m de dénivelé et 18 km sur le compteur, nous ne nous couchons pas trop tard, après un repas très bon mais pas très copieux.





Mercredi 3 juillet :

Petit déjeuner à 7h, départ vers 8h pour la tête de l'Estrop. La trace est balisée, mais les balises ne sont pas toujours très visibles car sous la neige. Nous alternons névés et blocs, en cherchant les meilleurs passages. Le beau ciel bleu a changé en ciel nuageux, avec des rayons de soleil qui percent de temps en temps le brouillard. Au sommet, en attendant que tout le monde arrive, nous cherchons le meilleur passage pour la descente. Vu les conditions, la boucle prévue n'est pas faisable, il reste beaucoup trop de neige, c'est trop raide et trop long dans les circonstances actuelles. Nous choisissons de descendre par la Grande Barre. Après les photos obligatoires au sommet, nous descendons jusqu'à un collet, où nous mettons les crampons. La neige est transformée avec une petite couche molle et se descend bien. Au début, la pente n'est pas trop raide, pour s'accentuer après. Il faut faire attention car les crampons ont tendance à botter. Nous descendons doucement quand soudain nous entendons un petit cri et nous apercevons Micheline qui glisse à grande vitesse le long de la pente, la tête en bas. Nous retenons le souffle quand elle frôle un premier rocher, nous dépasse et s'arrête sur un deuxième rocher. Ouf ! Alain court vers elle et l'aide à se redresser, heureusement, plus de peur que de mal, elle s'en sort indemne ! La suite de la descente se fait encore plus doucement, nous sommes impressionnés, mais la pente devient plus douce et un peu au-dessus des Eaux Tortes nous enlevons les crampons et continuons vers une belle table rocheuse pour le pique-nique. Nous avons peut-être pris la place d'un groupe de bouquetins qui nous regardent depuis un rocher un peu plus loin. Il ne nous reste qu'à descendre jusqu'aux Clarionds ; si on avait su on aurait pu se garer plus haut... Le sentier est magnifique parmi les cascades et torrents. La piste du Lavercq nous paraît longue et nous arrivons aux voitures vers 17h après 1000 m de dénivelé positif, 1600 m de descente et 18 km, très satisfaits de cette sortie rendue plus alpine par les conditions d'enneigement.

Anita 

















Aucun commentaire: