samedi 30 mai 2020

Jeudi 28 mai 2020 : Les lacs de L'Ascension. 840m de dénivelé et 14km

9 participants : Lisa, Dieter, Hélène, Ange, Françoise D, Christian , Bernard, Alain, Patricia


Les menaces de pluie pour mercredi nous ont fait déplacer la rando habituelle du mercredi au jeudi et c'est sous un ciel splendidement bleu que nous débutons notre boucle habituelle au départ du Lauzet où une longue et très belle piste riche en lacets nous a emmenés.



Tout est lumineux, un vrai régal pour les yeux !



La balade commence sur la piste que nous quittons assez vite pour une piste de débardage à la pente très conséquente : nous dénivelons rapidement mais cela ne nous empêche pas de causer agréablement. 
Au sortir de la forêt la crête apparaît au loin... Nous y parvenons remarquablement vite tant notre enthousiasme est grand.


Dernière montée un peu caillouteuse sous le Collet du Peyron puis la vue sur les lacs se dévoile : le petit lac Escur avec sa jolie forme en cœur est en bas, avec le grand lac Escur tout proche. Les plaques de neige, sur fond d'herbe ponctuée de fleurs printanières, embellissent le tout. 


Que c'est beau !!!


Le lac de l'Ascension est bien plein, nous décidons de nous installer près de lui pour le pique-nique, à l'abri du gros bloc fendu caractéristique afin de nous protéger d'un petit zéphyr.

Outre la bonne humeur et la convivialité, les bonnes choses circulent comme d'habitude : Pontarlier, cacahuètes, bonne bouteille de rouge (normal, Bernard est là...), fondants au chocolat et chocolats... Nous sommes si bien que personne ne résiste à un début de sieste : nous avons si bien marché que nous avons le temps.





Certains ayant des occupations, nous levons le camp et reprenons le très joli circuit. Le paysage change, laissant place à une végétation plus méditerranéenne. 


Une petite remontée avant de rejoindre la piste nous menant confortablement jusqu'au Plan de la Loubière- où la boucle est bouclée- puis jusqu'au Lauzet où nous retrouvons les voitures.

C'est chez Lisa et Manu que nous passons une bien agréable troisième mi-temps. La terrasse est abritée, juste comme il faut, pour nous protéger d'une petite averse qui arrive, comme annoncé. 

mercredi 27 mai 2020

Dimanche 24 mai 2020. partie 2 de la boucle : Les Viollins-Dormillouse. 950m de dénivelé et 16km

Comme pour la première partie, nous sommes très prudents et ne covoiturons que très peu, donc il y a trop de voitures pour se garer tous aux Viollins. C’est donc à trois endroits différents que nous laissons les voitures avant de nous retrouver tous aux Viollins. Nous apercevons des gendarmes et un hélico en bas de la vallée et nous nous demandons si c’est pour un contrôle de confinement ou pour un accident ? Plus tard on saura qu’un pêcheur s’est noyé.

Nous montons le sentier agréable en forêt que nous avons descendu mercredi et arrivons à l’endroit où nous avions pique-niqué. Ensuite, une belle montée nous mène aux Allibrands où nous trouvons le sentier en balcon. Le "balcon" n’est pas très plat et nous continuons à monter et descendre dans un paysage de plus en plus ouvert avec vue sur les montagnes enneigées. 

Plusieurs torrents nous coupent le chemin et nous obligent à être créatifs pour les traverser : sauter sur des blocs, trouver un passage moins profond… Nous sommes plusieurs à nous mouiller les pieds ! 



Puis, arrive hélas un passage de torrent dont les pierres très glissantes font presque tomber notre président. Il arrive à se retenir grâce à un geste très violent du bras qui provoque une luxation à l’épaule droite. Nous nous faisons des soucis : il devient très pâle, son épaule a changé d’aspect et son bras pend sous un angle bizarre. Faut-il appeler les secours ? Selon le blessé il n’y en a pas besoin, ça fait mal mais on ne va quand-même pas abuser !...

 Arrivés à Dormillouse, nous nous installons pour le pique-nique, et c’est là que nous comprenons combien c’est grave : il refuse l’apéro et n’arrive pas à manger !


 En effet, il réalise qu’il ne pourra jamais descendre encore le sentier qui nous sépare du parking et n’arrive même plus à se relever. Donc en cherchant un endroit où il y a du réseau, nous arrivons à appeler les secours qui arrivent rapidement en hélicoptère pour emmener le blessé à Briançon.






Un peu impressionnés nous attaquons le reste de la boucle où une cascade grandiose et magnifique nous attend. Comment traverser celle-là ? En nous approchant nous découvrons un passage sur des rochers bien plats, heureusement pas trop glissants cette fois. Mais nous ne pouvons pas éviter la douche et admirons la force de l’eau, impressionnante dans cette saison !





Au parking nous n’avons pas de réseau mais en route nous avons des nouvelles du blessé, qui est réparé et autorisé à quitter l’hôpital. 

Une voiture va le chercher pendant que les autres se dirigent vers la terrasse de Patrick et Jeanine, où nous prenons une bonne bière.. Jeanine nous gâte avec du cake salé et une super salade de fruits. 

Quelle joie quand le blessé avec ses covoitureurs nous rejoignent un peu plus tard pour déguster les bonnes choses ! 
Malgré tout une magnifique journée dont on se souviendra longtemps.

Anita

PS. Ce n’est que le lendemain que nous apprenons avec tristesse que le pêcheur noyé est un ancien CAFiste bien connu de plusieurs entre nous.


mardi 26 mai 2020

Jean-Jacques Genay







Une bien triste nouvelle nous est parvenue hier : le décès accidentel de Jean-Jacques Genay.

Il avait été encadrant au CAF Embrun pendant de longues années, toujours plein de bonnes idées d’itinéraires, connaissant parfaitement nos montagnes dans lesquelles il nous faisait évoluer en sachant trouver la bonne neige en hiver et le beau coin original en été.

Nous tous qui avons partagé tant de belles randonnées à ski, à pied ou en VTT avons une pensée amicale pour lui et ne l’oublierons pas.
Le CAF Embrun  présente ses très sincères condoléances à son épouse et à ses enfants.







Lundi 25 mai 2020 : Traversée des arêtes du Cirque du Morgon. 1120m de dénivelé et 17km.

Participants : Lisa, Anita, Alain, Françoise, Ange, Hélène, Patrick, Daniel, Dominique, Jean-Michel



Neuf téméraires "cobayes" acceptent de s'inscrire à la première rando que propose Lisa (auparavant encadrante dans un autre club).
Nous voilà donc partis à 10 pour la traversée des crêtes du Cirque du Morgon.

La rando s'annonçant un peu longue, nous atteignons un départ au plus proche en voiture, en démarrant du parking du Grand Clot (1660m).



L'échauffement se fait sur une piste forestière, quelques-uns coupent les virages alors que la plupart du groupe s'échauffe plus tranquillement sur les grands lacets, et la vue se dégage enfin quand nous atteignons les Portes du Morgon (1904m). Nous découvrons le "nouveau sentier" indiqué pour la montée, très agréable.


Nous profitons de la traversée de jolis cours d'eau et sommes encouragés par les champs d'anénomes, sans oublier l'animation de la mise en place de quelques parapentistes sous le sommet !


Et nous voilà enfin au départ de cette traversée de crêtes, au sommet du Pic du Morgon (2324m). Tout le monde sort l'appareil photo, même si ce sommet est bien connu de tous, la vue reste toujours aussi belle là-haut...

De là, nous pouvons mieux apprécier le profil de l'objectif du jour... et le Pic de Charance nous parait bien loin, alors nous ne tardons pas à nous mettre en route. Un joli sentier de crête s'offre à nous, on monte, on descend, on remonte, on redescend... Et nous voilà déjà sous le sommet de la Tête de la Vieille (2381m).


 Le passage pour y accéder est délicat, nous tentons une approche par la gauche, mais il faut de plus en plus se servir de nos mains, et les 40 derniers mètres pour atteindre le sommet ressemblent plus à de l'escalade qu'à de la randonnée. Patrick, qui a déjà fait cette traversée, indique qu'une vire passe sur la droite du sommet... ni une, ni deux, cette option fait l'unanimité et nous basculons sur l'autre face pour contourner ce passage technique. Nous voilà côté Alpes de Haute-Provence, ça se sent très vite... le vent se fait beaucoup plus sentir, alors, nous progressons sur cette vire jusqu'à rejoindre un petit coin ensoleillé qui nous permet une courte pause bien méritée.


Nous pouvons regarder les chamois qui descendent bien plus aisément que nous tout en nous désaltérant... le spectacle est toujours aussi splendide!



Nous regagnons la crête juste après la Tête de la Vieille et poursuivons la traversée.

Nous croisons quelques névés sous les pentes mais le sentier que nous empruntons est sec, ce qui nous permet d'évoluer aisément. Un passage technique vient cependant nous rappeler qu'il faut rester concentré. Chacun à son rythme, certains "serrant plus les fesses" que d'autres, nous évoluons sur cette arête à 3 ou 4 pattes... Et tout le monde sort indemne de ce passage délicat !


Il est déjà midi et demi ! Les estomacs nous rappellent à l'ordre... Et nous apercevons au loin (mais pas trop loin quand même) un joli carré de verdure qui nous fait de l’œil, on prend notre mal en patience...



Le coin est parfait pour le pique-nique, qui est plus que mérité puisqu'il est déjà 13h : un petit tapis vert agréable, une zone assez plate pour respecter les règles de distanciation et même la proximité d'un névé pour ajouter quelques glaçons aux boissons de l'apéro ! Les discussions s’enchaînent au même rythme que les coups de fourchette... et le partage de pudding et de financiers faits par nos cuisinières émérites comble le groupe pour le dessert !

Rassasiés, nous repartons... et atteignons enfin le Pic de Charance (2316m), qui était proche de notre lieu de pique-nique finalement!



La descente est assez raide, mais le sentier bien marqué entre les anémones et les soldanelles ; nous arrivons rapidement sur le Col de la Baisse (2035m).
2 options sont proposées : terminer la boucle du Cirque en atteignant le Pic Jean Martin (2140m) ou redescendre sur le Lac du Morgon.


Neuf d'entre nous ne s'avouent pas vaincus et donc poursuivent jusqu'au Pic... en aller-retour pour rejoindre le 10ème au Lac du Morgon.
Le soleil, la belle pelouse et la beauté du lac plein à cette période ne nous font pas douter : une pause s'impose !


Nous profitons donc de cette vue, qui nous permet aussi de voir l'intégralité de la traversée que nous venons d'effectuer, avant de nous remettre en route pour rejoindre nos voitures !

Bien que le Pic du Morgon et ses arêtes soient connus par bon nombre d'entre nous, la traversée intégrale était une première pour beaucoup, et nous sommes unanimes : quelle belle randonnée!


Nous terminons cette journée par une escale à Crots, chez Jean-Michel qui nous accueille avec tout ce qu'il faut pour nous substanter et nous hydrater !